SECOFLEX®

logo-secoflex3   

Secoflex® : NPKS

- Des équilibres NPK sur mesure et à haute solubilité
- Des produits irréprochables pour un épandage sans gaspillage
- Pour préserver le potentiel Rendement et Qualité en un seul passage


La décision du niveau de fertilisation P-K et sa fréquence doit se prendre :

  1. en fonction du type de cultures (niveau d'exigence et de besoin) qui se succèdent dans les 2 à 3 ans.
  2. en fonction de la proximité du semis, ce qui définit le niveau adéquat de solubilité
    (stimulation de la croissance racinaire ou bien reconstitution de réserves lors d'un épandage d'automne).
  3. en fonction des corrections ou entretiens à opérer en soufre, calcium, magnésium et oligo-éléments, au cours d'un seul et même épandage.

 
Engrais composés granulés SECO : Quels avantages ?

  • Dosage précis de chacun des éléments nutritifs, primaires et secondaires
  • Épandage en un seul passage (gain de temps et de carburant)
  • Teneur élevée en azote nitrique (directement utilisable par les plantes) pour les N-P et N-K
  • Gamme étendue de formulations pour une fertilisation adaptée à chaque situation, au meilleur coût/rendement.

 

L'azote : constituant des protéines

La fertilisation azotée est un facteur incontesté de croissance par photosynthèse et de qualité, qui influence notamment le taux de protéines des céréales. Il est nécessaire de prendre en compte les besoins de la plante (espèce, variété, objectif de rendement) et la minéralisation du sol afin d'éviter la surfertilisation. L'apport doit s'effectuer lorsque la plante est prête à l'absorber afin d'éviter le lessivage vers les nappes phréatiques.

SECO Fertilisants est signataire de la charte ADA : Azote Directement Assimilable, à teneur élevée sous forme nitrique. L'association des deux formes d'azote, nitrique et ammoniacale, permettent une assimilation immédiate et dans le temps au fur et à mesure de la dégradation par les micro-organismes du sol. L'absorption est améliorée permettant un rendement plus important tout en réduisant les pertes par volatilisation. 

Le phosphore : indispensable au développement racinaire et aérien des végétaux

Les trois types de réserve de phosphore dans le sol :
- la réserve organique : les résidus de culture et l'humus
- la solution de l'eau du sol, à la périphérie des racines
- le phosphate rétrogradé (mais non perdu).

Le P2O5 est un constituant de base de l'ADN, support de l'information génétique dans les chromosomes des cellules :
- assure les échanges nutritifs
- contribue à la photosynthèse
- capte et transporte l'énergie solaire et l'hydrogène de l'eau.

Décisive au démarrage, la fertilisation phosphatée prend le relais immédiat de l'épuisement des réserves de la graine, en particulier au niveau racinaire.
Facteur de précocité, le phosphore active le démarrage en végétation. Sa concentration dans les tissus de la plante est d'autant plus élevée que la plante est jeune, d'où son rôle essentiel dans le démarrage de la culture.
Facteur de qualité, le phosphore participe à une bonne fécondation et à une bonne migration des réserves de la plante. Quant à la synthèse des protéines, la synergie azote-phosphore a été très souvent observée. Enfin, il favorise la maturation.

Conseil SECO : privilégiez une forme de P2O5 "soluble eau ou citrate d'ammonium neutre", car cet élément doit être disponible au démarrage de la culture.

14.48.0, la forme la plus soluble de P2O5

Produit liquide tirant 45% de son phosphore sous forme orthophosphorique, dont l'assimilation est immédiate par la plante ; le solde, soit 55% est disponible progressivement pour soutenir la végétation. Particulièrement recommandé sur maïs pour son effet "starter" au semis et son effet "retard" permettant une alimentation continue en période de croissance intense, 14.48.0 est également utilisé sur haricots verts, pommes de terre... Convient aussi aux applications de printemps sur céréales (il peut alors être utilisé en mélange avec une solution azotée).


Le potassium : stimulation des défenses

Le potassium intervient dans la photosynthèse et dans la migration vers les organes de réserve, ainsi que dans la formation des glucides (le sucre pour les betteraves et l'amidon pour les pommes de terre). Quant à la synthèse des protéines, la synergie azote-potasse a été très souvent observée.

Des cultures comme la pomme de terre, la betterave ou la luzerne valorisent pleinement des apports potassiques.

La fertilisation potassique stimule une triple résistance :

  1. à la sécheresse (effet de la diminution de l'évapo-transpiration sur les besoins en eau des tissus)
  2. à la gelée, en élevant la teneur de la sève en éléments minéraux
  3. à la verse, grâce à une rigidité supérieure des tissus.

Conseil SECO : tenez compte de l'analyse de sol et de l'exigence des cultures visées ; ne pas faire d'impasse sur les cultures exigeantes : betteraves, pommes de terre, cultures légumières...